Undone (USA, 2019)

Merci à pierrem pour cet avis !

Leocat m’a un peu coiffé au poteau il y a 15 jours, après la diffusion de Undone en attirant notre attention sur cet ovni. Le premier épisode avait déjà fuité du Comicon de San Diego, mais je m’étais gardé de commenter vu la piètre qualité du release.

Undone
« You know what ? I could break up with you right now, but after the timeline has realigned, I’ll have never even met you »

BoJack Horseman, j’attends les productions de Kate Purdy avec impatience. Et dans Undone, on retrouve une écriture sur le fil du rasoir, la tension métaphysique, les dialogues ciselés, les oscillations, la profonde mélancolie… Undone interroge avec poésie notre perception de la réalité, la perte de contrôle, le normal.

Le procédé d’animation peut se révéler clivant. C’est une autre version du jeu de l’acteur, une autre lumière, une autre facette de son visage qui est délivrée, presque à son insu. Rosa Salazar est très bien dans son rôle, laissant le procédé de rotoscopie produire d’autres émotions sur son visage, souligner le contour des lèvres, effacer certaines micro-expressions.
J’ai revu pour le coup Cobain : Montage of Heck de Brett Morgen où la rotoscopie est bien plus fine que dans Alita : Battle Angel, trop propre. Entre la simplicité de planches de BD (Oh oui pour Taniguchi) et la complexité parfois artificielle du jeu des comédiens (américains notamment). Les fractures de paysage, comme du verre qui se brise, assez communes pour évoquer la schizophrénie, nous plongent constamment dans les souvenirs réels ou fantasmés d’Alba, dans les couches successives de ses mondes parallèles, dans les plans de coupes de ses scans cérébraux. Les transitions en morphing sont moins fréquemment utilisées dans le contexte des maladies psychiatriques, mais sont bien vues pour comprendre la « transition fluide entre différents états de conscience ».

On pourrait parler de la qualité de l’écriture sur la relation père-fille, mère-fille, sœurs… Il y a aussi la place de la danse, omniprésente, moyen de communication avec les anciens, invoqués par la fumée du Copal. Un chamanisme qui rappelle The OA. En aparté, le mariage rappelle aussi la saynète finale des Nouveaux Sauvages de Damian Szifron, à voir !

Undone montre qu’un procédé innovant peut être plaqué artificiellement si le propos est creux, ou devenir une vraie belle proposition artistique lorsque l’écriture est brillante. Et confirme aussi qu’Amazon prime est un peu moins formatant/ modélisant que Netflix.

Tenir une bonne idée, et la coucher sur le papier provoque, dit-on, un profond désarroi chez l’auteur. Kate tu tiens quelque chose là, il te reste à écrire la suite, très vite.

« – Don’t you believe there has to be more ?
– Clouds. Real life is also pretty amazing. »

S’abonner
Notifier de
guest
18 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
denis
denis
28 Sep 2019 9:13

faut avouer que « undone » c’est brillant quand même. Un peu trop « tordu » peut-être, mais que de qualités. Il me reste 3 épisodes.
J’encourage tout le monde à au moins essayer. Ca ne peut évidemment pas plaire à tout le monde.

denis
denis
29 Sep 2019 10:48
Reply to  denis

clap de fin pour la série « Bojack horseman ». Je devrais réessayer comme j’aime bien « undone » mais pas fan du dessin, et 6 saisons c’est long.

Gilles
Gilles
29 Sep 2019 8:21
Reply to  denis

Excellente Undone, regardée grâce à vos encouragements, merci !

Denis, n’hésitez pas, Bojack Horseman est très réussi 🙂

nic
nic
20 Sep 2019 5:04

Undone est en effet très bien. Bien que la tonalité soit très différente – la visée n’est pas de faire rire – je retrouve dans les dialogues la causticité dépressive des épisodes de Bojack.

julax
julax
19 Sep 2019 8:31

Merci pour Undone je vais regarder de plus près.

KangDa
KangDa
18 Sep 2019 10:22

Grand merci pour Undone. Coup de foudre, c superbe! Je plonge dans l’histoire à laquelle je trouve une ambiance Quartier Lointain de Taniguchi.

denis
denis
22 Sep 2019 8:30
Reply to  Thierry

j’ai regardé les 2 premiers épisodes de « undone ». Etrangement, ça me rappelle un peu « 6 feet under » avec des personnages torturés, un peu de fantastique. A voir ce que ça devient, mais c’est vrai que c’est engageant.
Ma seule réserve est la rotoscopie……. j’avoue ne pas comprendre l’intérêt ou très peu de cette technique. Pas vraiment de l’animé, pas vraiment du réel (en phase avec le contenu ?)…… Du coup, je trouve ça parfois très moche (dans les séquences banales de dialogues) et parfois très beau (phantasmagories). ‘C’est particulièrement frustrant pour les comédiens je suppose.

Michel
Michel
22 Sep 2019 9:23
Reply to  denis

Il ne me reste plus que les deux derniers épisodes à regarder, et je trouve ça vraiment très bien. Le mariage réalité / phantasmagorie est très bien réalisé. Par contre, je ne comprends pas pourquoi vous parlez de frustration pour les comédiens. Ils connaissaient les tenants et aboutissants du projet au moment de la signature du contrat, je suppose.

denis
denis
22 Sep 2019 10:25
Reply to  Michel

oui, bien sûr, mais leur travail (ou leur visage) ne sera pas aussi reconnu que dans une série « normale ». Ils en sont sans en être totalement.

KangDa
KangDa
22 Sep 2019 10:49
Reply to  denis

Perso, je trouve beau tout du long. Le procédé met en valeur les moindres mouvements des visages et j’ai l’impression d’avoir été bien plus attentive que d’hab’ où mes yeux quittent souvent l’écran. Les paysages sont nettement moins réussis mais les lumières (intérieur ou extérieur) sont bien souvent superbes.

leocat
leocat
13 Sep 2019 11:36

A tester d’urgence « Undone » la série d’animation en procédé rotoscopie (comédiens recréés en animation) de Kate Purdy et Raphael Bob-Waksberg ( auteur de BoJack Horseman). Après deux épisodes une seule envie découvrir la suite de ce voyage temporel, thème classique certes mais revisité avec une maestria et une originalité tout à fait étonnantes.
Sinon « The Deuce » (S3E01) toujours aussi magistrale.

denis
denis
14 Sep 2019 8:44
Reply to  leocat

j’ai pas accroché à « BoJack Horseman », mais ça veut rien dire. Et la rotoscopie, j’ai du mal à en comprendre l’utilité.

leocat
leocat
14 Sep 2019 11:30
Reply to  denis

Je n’avais pas non plus accroché à BoJH mais cette série, oui à la fois par son inventivité sur un thème un peu trop à la mode, son écriture et son style, bien que comme vous je m’interroge toujours sur l’utilisation de la rotoscopie. Cette fois j’ai l’impression qu’elle sert vraiment son sujet (c’est le E2 qui m’en a convaincu). A vérifier dans les 4 épisodes qu’il me reste à voir.

denis
denis
15 Sep 2019 8:11
Reply to  Thierry

critiques très bonnes pour « undone », en effet

Bastien
Bastien
15 Sep 2019 8:33
Reply to  leocat

Merci Léocat pour le tuyau Undone.
Les deux premiers épisodes m’ont emballé.
Et la voix du papa, je ne connais qu’elle… sans l’identifier pour autant à 100 % (Bob Odenkirk de Breaking Bad et Better call Saul ? Physiquement, l’acteur animé lui ressemble fortement !).
Un petit check en ligne s’impose…

(Il s’agit effectivement de Bob Odenkirk 🙂 )