Watchmen (USA, 2019) – Vos avis

C’était prévisible, l’adaptation des Watchmen d’Alan Moore (qui, comme à son habitude s’est complètement distancié du projet) divise et fait parler d’elle.
Je regroupe tous vos échanges dans les commentaires de ce billet. Cela permettra de s’y retrouver plus facilement 😉

53
Exprimez-vous !

avatar
17 Fils de commentaires
36 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
11 Auteurs du commentaire
CashinautJeofThierrydenisJulien Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Cashinaut
Invité
Cashinaut

J’aime beaucoup la série pour le moment. Elle joue bien de l’équilibre entre grandiloquence et intime.
Seuls les passages avec Dr Manhattan m’ennuient franchement.
Je précise que je n’ai pas lu le comics et que je ne connais donc pas l’évolution de son personnage.

Jeof
Invité
Jeof

L’épisode 5 est un petit bijou. Peut-être, secrètement, celui que j’attendais le plus de la part de Lindelof. C’est brillant, passionnant, effrayant et sa fin, incroyable.

denis
Invité
denis

Episode 4 : toujours aussi perché. Je pense que cette série peut être par moments ridicule, et d’autres sublime ….. et plus fort encore, les deux à la fois 😉 Les scènes avec Jeremy Irons sont particulièrement….. spéciales. Selon les journalistes qui ont vu les 6 premiers épisodes, il y aurait quelques éclaircissements à l’épisode 5 ou 6 (relatifs, je suppose). Bah, je réitère ma remarque : qu’on aime ou pas, ce n’est pas du tout venant. Si on me dit que c’est kitsch et pompeux, je ne nierai pas. Si on me dit que c’est vertigineux et malin, non… Lire la suite »

Jeof
Invité
Jeof

Pas encore vu le 1.03 mais, tout de même, je reste assez admiratif sur ce que propose Lindelof et sa tribu qui tisse, tout de même, une sacrée pelote fascinante et aguichante. On retrouve, mine de rien, ces liaisons/transitions/superpositions avec la BD originale (et Moore de surcroît) se construisait adroitement. Je serais curieux, toutefois, de connaître les avis des personnes qui n’ont pas lu la BD: je pense que cela doit leur paraitre assez incompréhensible.

Après, entre nous, Watchmen (le comics et la série) ne sont pas des histoires de super-héros, à l’instar des productions cinématographiques Marvel ou des récits de Spider-Man, Superman, Batman et cie. Le comics est une subversion incroyable, doublée d’une réflexion plutôt glaçante sur le pouvoir et l’avenir de l’Humanité. Il n’y a pas de combat entre le Bien et le Mal ou d’utilisations de super-pouvoirs pour combattre un vilain méchant (enfin, si, mais pas vraiment, et je ne peux pas en révéler davantage sans spoiler ce qui fait le croustillant du twist de la conclusion). Les Watchmen sont quasiment tous soit des fous dangereux, des pleutres, des frustrés ou néfastes au sens sanitaires du terme (Dr Manhattan). La série, d’ailleurs, ne cache pas cette dimension fascisante et c’est tant mieux…

@Julien: Je trouve également que l’engouement autour de The Leftovers fut un poil exagéré, surtout lors de sa troisième saison. Et je n’ai pas trouvé son final si incroyablement beau que cela. Réussi certes (quoique, j’aurais à redire sur certains trucs) mais pas de là à tomber en pâmoison devant. Toutefois, comme tu le dis, sa saison 2 figure parmi les saisons les plus marquantes qu’il m’ait été donner de voir. De manière générale, je trouve que Lindelof a réussi malgré tout une œuvre à la fois mystérieuse, dérangeante, imparfaite sur l’existence et son éphémérité. Et, ce, d’une manière bien plus émouvante à mes yeux que Six Feet Under. Culte non, mais devant laquelle j’ai été chamboulé et stimulé oui ^^.

@Julien, Thierry et denis: Lost est, pour le coup selon moi, l’une des plus grandes séries de ces quinze dernières années. Et, même si je concède volontiers que la saison 6 est la moins réussie (conjointement avec la S2), elle reste extraordinaire. Extraordinaire de renversements, de profondeur, d’aventures et de réflexions. Je l’ai revue au moins trois fois et, quand bien même je savais ce qu’il allait se passer, j’ai toujours été accroché. Le timing avec lequel le récit est construit, les personnages, la synchronicité qui se mêle au fantastique, à moins que ce ne soit l’inverse… A sa diffusion, il fallait attendre une semaine, laissant le spectateur tout le loisir de réfléchir à ce qui allait se passer. C’est l’une des séries dans laquelle je me suis le plus immergé.

Je ne spoilerais pas mais je réfute l’explication où la plupart des gens, défenseurs et pourfendeurs réunis, pensent que

Onglet
tout le monde est mort et patiente au Purgatoire. Pour moi, et le final de Lost est celui que j’ai revu le plus de fois avec celui des Soprano, est une concrétisation de l’adage qui veut que lorsque l’on meurt, on revoit sa vie défiler. Ce que voit Jack au moment de mourir, c’est ce qu’il projette. Pour ses amis et lui. Pour moi, cette fin est un tour de force. On vit ensemble, on meurt seul.
. De fait, son final m’a bouleversé ^^

Julien
Invité
Julien

@Jeof : je pense que Lost et The Leftovers sont indissociables. L’une s’intéresse aux disparus, l’autre à ceux qui restent. Les sujets traités sont très similaires, et Lindelof semble vraiment obsédé par le thème de la paternité.
J’ai beaucoup aimé le final de The Leftovers, et je garde le souvenir

Onglet
d’une conversation mémorable entre deux personnages attablés
. Malgré tout, je continue à penser que Lindelof jouissait d’une trop grande liberté créative, et que les critiques de la saison 2 lui sont montées à la tête. Il y a trop de délires « n’importe nawak » dans cette saison
Onglet
(ex : les épisodes sur le bateau et dans le désert australien)
, et pour moi, elle ne sera jamais au niveau de la 2.
Si tu ne l’avais pas lu à l’époque, Vulture avait publié un article phénoménal sur les coulisses de la série après la diffusion du final :
https://www.vulture.com/2017/06/leftovers-finale-behind-the-scenes-exclusive.html

Pour ce qui est de Lost, c’est la série dans laquelle je me suis le plus investi, et lors des 2 dernières saisons, je prenais un plaisir fou à aller voir les théories de Pierre Serisier et les conversations qui s’ensuivaient sur son blog. Je ne sais pas si je la reverrai une troisième fois, car elle est quand même très marquée années 2000, et je ne sais pas si je pourrais à nouveau apprécier une série de network avec ses coupures publicitaires toutes les 7-8 minutes et ses cliffhangers artificiels à chaque fin d’épisode. Parfois (souvent), et je ne parle pas là que des séries, il vaut mieux rester avec ses bons souvenirs… Outre ses personnages, ce que je retiens surtout de Lost, c’est sa bande son : quand on y repense, c’est complètement dingue que Michael Giacchino ait créé et arrangé tant de thèmes pendant 6 saisons.
Lors de mon deuxième visionnage en binge watching, j’avais adoré la saison 2, alors qu’en 2005-2006, elle m’avait terriblement frustré (trop de nouveaux personnages).
Ton interprétation du dernier épisode est très intéressante. Je ne me souviens plus des détails exacts, et je ne pourrai donc pas rentrer dans une conversation poussée à ce sujet, mais je pense que le final a été incompris, et que beaucoup de gens se plantent complètement quand ils disent

Onglet
 »bah ils étaient morts depuis le début et l’île est le purgatoire ! ».

Au fait, pour ceux qui ne connaissent pas la fin de Lost, ne regardez jamais le film This is 40, qui la spoile éhontément !

Jeof
Invité
Jeof

@Julien: Tu as tout à fait raison sur la complémentarité des deux séries, je m’étais fait la même remarque lors de la première saison de The Leftovers. Et oui j’avais vu passer, et lu, l’article de Vulture dont tu poses le lien ^^ J’ai plutôt l’impression que la paternité est un thème ultra récurrent dans la majorité des séries US (et, sûrement, de manière plus générale dans la fiction) qu’une véritable prédilection, ou fil rouge, de l’œuvre de Lindelof. Au regard de ce qu’il nous propose via Watchmen, Lindelof parle(rait) plus de la complexité à vivre en groupe et de… Lire la suite »

Julien
Invité
Julien

Merci pour cette longue réponse argumentée 🙂 Dans un sens, je suis d’accord avec toi quand tu dis que c’est rassurant de savoir que les auteurs peuvent raconter ce qu’ils veulent, mais parfois, cete liberté est une bonne excuse pour ne pas avoir à proposer quelque de vraiment carré et réfléchi. Et perso, cette saison 3 de The Leftovers m’a frustré sur un plan narratif : j’ai eu l’impression que Lindelof avait un chèque en blanc, et qu’il pouvait faire à peu près tout ce qu’il voulait, et que s’il oubliait de raconter quelque chose d’intéressant, ce n’était au final… Lire la suite »

Jeof
Invité
Jeof

Sinon, non, le Lostomètre ne me dit rien !

C’est le petit billet que rédigeait Pierre Serisier justement, à la grande époque du Monde des Séries: cela faisait partie également de mon petit rituel post épisode ^^ Mais oui, quelle cohérence et quelle aventure !

Memento
Invité
Memento

Je ne suis pas du tout proche de l’univers des super-héros ou assimilés, mais je dois admettre que cette série propose pour l’instant un spectacle très enthousiasmant, entre excitation / émerveillement enfantin.e, mystère et …., puis je ne sais quoi d’autre, mais mon prof de français disait tout le temps que pour donner plus de force il était préférable de noter 3 éléments de description / de comparaisons ou 3 adjectifs. Bref, la règle d’or du triangle ou un truc dans le genre. Et là, je bloque sur le troisième. J’espère que s’il me lit, il notera tout de même… Lire la suite »

nic
Invité
nic

Pour ceux qui sont familiers de la bd, voire du film (très fidèle, au calamar près), l’univers de la série commence à joliment s’ordonner avec l’arrivée de Laurie et la révélation Ozymandias. Une raison de plus de jubiler. Haro sur Leocat 😉 !

leocat
Invité
leocat

Yeepie ! Jubile pour moi Nic et merci de me tenir au courant.

Gilles
Invité
Gilles

Le troisième épisode est très bavard mais pas désagréable. C’est toujours aussi nébuleux mais je ne me sens pas plus largué qu’après le deuxième 🙂

Gilles
Invité
Gilles

Ah oui, et comme Léocat, la scène du sandwich m’a bien fait rire 😮

Gilles
Invité
Gilles

Après deux épisodes, je ne sais toujours que trop penser. La réalisation est efficace et visuellement agréable, les acteurs semblent prendre plaisir, … Par contre, je suis un peu perdu dans l’histoire… Qu’Est-ce que ça va être après 5 ou 6 épisodes ? 😉

denis
Invité
denis

mais, n’est-ce pas bien de bousculer un peu nos habitudes et d’être un peu perdu ? C’est clair que le récit par dans tous les sens. Je pense que beaucoup vont laisser tomber. Je trouve ça d’autant plus courageux. Après, je n’ai pas vu « Lost », mais Lindelof (pour « the leftovers ») faisait déjà cela. C’est complexe, un vrai truc Pop mais aussi intello, peut-être trop sérieux ou un brin prétentieux parfois. Mais ce n’est pas de l’eau tiède, et rien que ça…… Après, je ne me vois pas défendre cette série bec et ongles si elle me plaît (je ne sais… Lire la suite »

Gilles
Invité
Gilles

Euh… Je n’ai pas dit le contraire. Pour l’instant, l’incompréhension de certains éléments n’est pas encore trop gênante, mais le deviendra si elle continue de grandir au fil des épisodes. Je n’ai rien contre le fait de me sentir bousculé, …, mais de là à regarder passivement ce qui ne serait alors plus qu’un bel objet ?

leocat
Invité
leocat

Adieu Watchmen qui pourrait aussi bien s’appeler les Freres Karamazov ou les Trois Mousquetaires. Comme Hannibal une opération marketing sur un titre et rien derrière que du show off de scénaristes qui se croient plus intelligents que les vrais auteurs. La cote IMDB est en forte baisse et pas étonnant que le public ne suive pas. Mais je parierais qu’il y aura une S2. Malheureusement. Mais j’ai quand même bien ri en voyant « Miroir » bouffer son sandwich chez lui sans enlever son masque pour ne pas être reconnu !

nic
Invité
nic

Je ne suis bien sûr pas du tout d’accord, mais on aura l’occasion d’en reparler au fil des épisodes. Juste une remarque totalement gratuite : comme les Trois mousquetaires, les Frères Karamazov étaient quatre 🙂

denis
Invité
denis

plusieurs remarques : – je déconseille de prendre en compte les avis sur IMDB et consorts, car comme je l’ai déjà dit, vu que le sujet presque principal de la série est la communauté noire et les suprématistes blancs; ces derniers jouent les trolls pour descendre une série qui s’attaque à eux (je n’en au aucune preuve, mais j’en suis quasi certain). Sur Rottentomatoes, je ne regarde que les critiques de journaux et blogs, et on est proche de 100% de critiques plutôt positives. Le pourcentage du « public », je m’en tape, puisqu’il n’est pas fiable (au sens ou il y… Lire la suite »

Julien
Invité
Julien

Denis, méfie-toi de Rotten Tomatoes… Il y a 2 mois, ils ont volontairement publié uniquement les critiques négatives du special de Dave Chappelle, et celui-ci s’est pris un joli 0%, car il osait s’attaquer à des sujets que les Social Justice Warriors estiment incritiquables. Depuis, le public se venge et lui attribue un 99% !!!
Plus de détails ici :
https://www.quora.com/Why-did-Rotten-Tomatoes-give-a-0-rating-to-Dave-Chappelles-Sticks-Stones-special-even-though-everyone-on-YouTube-thinks-the-show-was-hilarious-Is-Rotten-Tomatoes-out-of-touch-with-the-average-consumer
Conclusion : il faut toujours se méfier des idéologues…

denis
Invité
denis

mouais, pas si claire que ça cette histoire…… il s’est payé un 0% de critiques parce que les 5 premières critiques étaient négatives. Il y a ensuite eux des positives, et actuellement c’est 35%; ce qui arrive souvent. La question est : comment est fait le choix des critiques ? Y-a-t-il eu volonté délibérée de ne pas mettre de critiques positives ? Si c’est le cas, évidemment…… surtout, il me semble qu’en dessous d’un nombre minimum de critiques, le score n’est pas publié, donc s’il l’a été exceptionnellement, c’est malhonnête. Ce qui est sûr, c’est qu’il faut encore moins tenir… Lire la suite »

denis
Invité
denis

je viens de regarder les « scores » des séries télés de Ricky Gervais (puisque je les ai toutes vues) The office 95% Extras 89% Life’s too short 53% Derek 60% After Life 71% ça correspond à mon ressenti, je recommanderai fortement les 2 premières, après j’ai trouvé que c’était de moins en moins bien, et un petit mieux avec After Life. Mais je mettrais plus à Life’s too short » et moins à « Derek ». Ca ne marche pas pour tout, fort heureusement !!!, mais ça permet de choisir par où commencer, par exemple. « inside n°9 » 100%, « the capture 100% », « bodyguard » 93%…… mais… Lire la suite »

Julien
Invité
Julien

Dave Chappelle est un immense comédien, et ses premiers spectacles sont hilarants. Le « souci », c’est qu’il n’en fait qu’à sa tête, et qu’il n’a pas peur de s’attaquer à des sujets tabous. Et nous vivons dans une époque où le politiquement correct a fait un retour fracassant, et depuis 2 ou 3 ans, nous avons parallèlement assisté à la naissance de la « cancel culture ». Pour résumer, si quelqu’un ose aller à l’encontre de la bien-pensance, il va se faire allumer de toutes parts, et les Social Justice Warriors, qu’ils soient journalistes ou de simples quidams sur Twitter, vont tout faire… Lire la suite »

denis
Invité
denis

j’ai déjà tout George Carlin à rattraper, donc ça attendra très longtemps.
Comédien de scène peut-être, parce qu’en tant que comédien, scénariste et producteur de fictions,ça m’a l’air franchement pas terrible.
On est , je pense, tous d’accord sur l’horreur du politiquement correct, mais je me méfie aussi de l’effet pervers qui rend recevables des choses qui sont juste politiquement incorrectes mais très mauvaises (je ne parle pas de ce Dave Chappelle que je ne connais pas)

nic
Invité
nic

Excellent deuxième épisode de Watchmen, qui resserre l’intrigue sans lui enlever de son mystère.

pierrem
Invité
pierrem

Watchmen : Leocat, Nic, Julien, Jeof, Denis et Thierry ont bien fait le tour du proprio pour le 1er épisode, plein de promesses. La nouvelle vague d’un genre moribond (superhéros)?

Jeof
Invité
Jeof

Watchmen 1.01: J’ai adoré. De bout en bout, si ce n’est -justement- une place presque omniprésente de la musique. Mais c’est pinailler. Le comics original (tout comme V pour Vendetta d’ailleurs) s’inscrivait dans un contexte où Margaret Thatcher et Reagan faisaient des ravages; l’idée de le transposer de nos jours est d’autant plus pertinent au regard de la politique que mène Trump. Là, ça fuse, c’est tendu, c’est mystérieux, c’est trompeur, c’est prometteur. Et l’on retrouve vraiment des thématiques inhérentes à ce qui est maintenant, chez Lindelof, une œuvre qui se tisse depuis Lost et The Leftovers. J’adore son talent… Lire la suite »