Watchmen (USA, 2019) – Vos avis

C’était prévisible, l’adaptation des Watchmen d’Alan Moore (qui, comme à son habitude s’est complètement distancié du projet) divise et fait parler d’elle.
Je regroupe tous vos échanges dans les commentaires de ce billet. Cela permettra de s’y retrouver plus facilement 😉
S’abonner
Notifier de
guest
105 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
nic
nic
21 Mar 2020 6:29

Je m’occupe 🙂 Masqués Le masque, en avoir ou pas. Plutôt « pas », mais ici un « pas de côté ». Le masque, fétiche de l’excellente série The Watchmen qui, fin 2019 (l’année aussi du Joker), avait déjà tout bon, prolongeant l’uchronie atomique de la BD d’Alan Moore et Dave Gibbons dans le monde-d’après, où les censées cicatrices sont les plaies purulentes de l’esclavage, des dominations et discriminations. Le masque, d’abord une assignation raciale qu’on ne peut pas retirer, seulement recouvrir (Peau noire, masques blancs, Frantz Fanon). Le masque porté par les policiers, dont les identités ont été dévoilées. Celui des super-héros masqués… Lire la suite »

Seb
Seb
19 Déc 2019 5:34

Stupide question. Je suis nulle part niveau comics et en général assez hermétique aux super-héros. Cependant j’entends tellement de bien sur cette série qu’elle me titille… Pensez-vous que je puisse m’y attaquer et comprendre l’intrigue sachant que je n’ai pas les bases ?

denis
denis
19 Déc 2019 6:21
Reply to  Seb

Non 😉 Je n’aime pas les comics, mais j’avais lu la BD il y a longtemps. Si on accepte d’être un peu perdu, en revanche…..

Seb
Seb
20 Déc 2019 3:00
Reply to  Thierry

OK, merci à vous. Je la mets dans la liste (longue, trop longue) !

leocat
leocat
22 Déc 2019 1:04
Reply to  Seb

Le problème n’est pas les super héros, mais le scénariste. Si vous avez aimé The Leftovers et l’univers de Lindehof , ce sera probablement bon pour vous. Sinon, fuyez à toute vitesse.

denis
denis
17 Déc 2019 11:32

Fini aussi. Toujours ces sentiments ambivalents pour moi. A savoir, je pense que c’est une des séries de l’année, sans problèmes. Que c’est d’une inventivité folle (qui vient de Moore mais pas seulement), que ça ose ne pas prendre le spectateur pour un débile (avec son pendant, un sentiment de jouer au malin parfois). Après, c’est toujours au bord du gouffre, comme quand le sublime côtoie parfois le ridicule. Techniquement, c’est moins discutable, c’est très beau. Je comprends certains des arguments de ceux qui n’aiment pas du tout comme dans cet article…… mais exagéré quand même, comme s’il se payait… Lire la suite »

nic
nic
17 Déc 2019 1:01

Whaou ! Tout s’explique, avec l’émotion en plus. J’en aurais bien repris pour deux ou trois épisodes.

Jeof
Jeof
16 Déc 2019 11:36

J’ai fini. J’adore.
La fin est superbe, et superbement amenée, et laisse la porte ouverte sur notre propre croyance (bien que, tout de même, tous les indices aient été disposés patiemment). Je pense que je la reverrais bientôt. Je salue m’sieur Lindelof et son équipe pour avoir su proposer un spectacle aussi riche et passionnant.

Sur ce, la bonne soirée aux membres de ce valeureux blog 😉

Stéphane
Stéphane
16 Déc 2019 8:35

Bon, terminé également. Ce fut parfois pénible, parfois long, mais comme pour Thierry, ce fut globalement un bien bel ouvrage pour moi très abscons 😮

Jeof
Jeof
15 Déc 2019 11:58

A quelques heures du grand final, j’ai enfin pu voir le 1.08.

J’ai été, comme Thierry, plutôt ému par cet épisode dans lequel, une fois de plus, Lindelof nous démontre qu’il est un grand conteur: j’ai eu un peu peur qu’il nous réserve la suite du plot twist final du 1.07 pour le 1.09 et que l’épisode soit entièrement centré sur

Onglet
la rencontre entre Jon et Angela
mais…non.

On comprend tout de même beaucoup:

Onglet
où était Dr Manhattan (ça, je suis content, j’étais persuadé qu’il n’était pas sur Mars, même si je me suis fait prodigieusement avoir), comment Veidt en est arrivé là, la réelle motivation de la 7K (qui était déjà pressentie dans le 1.07) etc.
. Ce qui est cool, pour celles et ceux qui ont lu la BD, c’est de voir à quel point Lindelof a eu l’intelligence de rendre hommage à une oeuvre qu’il aime et respecte, tout en prolongeant les ramifications. Pour le reste, c’est tout de même l’art de montrer à quel point on peut remettre les pièces d’un puzzle que l’on savait complexe mais dont l’image d’ensemble se dévoile patiemment. Bravo. M’est avis que l’épisode 9 nous réserve un sacré bouquet final.

nic
nic
10 Déc 2019 8:49

Encore un grand épisode* ! Je m’attends à être frustré que la série se limite à neuf…

* Et il fallait regarder le générique jusqu’au bout.

denis
denis
14 Déc 2019 6:14
Reply to  nic

qu’on l’aime ou non, cette série est fascinante. En grande partie dû à la folie créatrice de Alan Moore d’ailleurs, même si l’adaptation est libre.
Et dans les moments où cela devient un peu pompeux ou trop sérieux, il y a en général un petit trait d’humour bien venu.

Pat Cash
Pat Cash
5 Déc 2019 6:40

La série ne me passionne pas des masses mais elle m’aura au moins permis de découvrir le massacre du black Wall Street 🙁
Un article de haute volée : https://www.theatlantic.com/sponsored/hbo-2019/the-massacre-of-black-wall-street/3217/

denis
denis
2 Déc 2019 10:47

plus que 2 épisodes. J’aimerais que ça s’arrête ensuite, avec une belle conclusion….. mais voeu pieu, je suppose qu’il y aura une saison 2,3, etc ….. jusqu’à ce que ce devienne lassant. En même temps, je souhaite ça pour 90% des séries 😉 hormis les anthologies ou comiques.
Toujours est-il que j’ai bien aimé l’épisode 7 avec encore de belles choses. C’est toujours compliqué, mais y’a pire quand même.

Jeof
Jeof
3 Déc 2019 11:50
Reply to  denis

Compliqué… sans vraiment l’être non ? Mystérieux plutôt ^^

En tous cas quel épisode ! Et quel twist !

mais voeu pieu, je suppose qu’il y aura une saison 2,3, etc

J’ai cru comprendre que Lindelof ne souhaitait pas remettre le couvert. Si saison 2 il y a ce sera visiblement sans lui.

nic
nic
3 Déc 2019 7:33
Reply to  Jeof

Oui j’ai lu aussi que pour lui c’était bouclé.

leocat
leocat
3 Déc 2019 10:48
Reply to  Thierry

Là, Thierry, c »est le cri du cœur (qui m’a bien fait rire) et je je le partage.
Encore que si Lindelof se vire /est viré, je jetterai un coup d’oeil sur la S2.
Sinon, tout va bien Mrs Maisel est de retour cette semaine, je crois.

Jeof
Jeof
28 Nov 2019 10:52

@Thierry: C’est vrai que je suis peut-être trop enthousiaste. Je voulais juste préciser que je ne cherche pas, et ne chercherais jamais, à imposer mon point de vue 🙂 @leocat: Pour le coup, autant je te rejoins pour Westworld (qui, à mon sens, se donne de grands airs pour ne brasser que du vent), autant je trouve que Watchmen sait bien où elle va, au risque certes de dérouter, ou de lasser, mais ne s’impose pas comme pédant ou supérieur. Tandis que Westworld s’essouffle vite, s’égare souvent, souffre d’un cruel manque de rythme et pour finir, et c’est assez rare… Lire la suite »

leocat
leocat
29 Nov 2019 2:05
Reply to  Jeof

Et pourtant le principe dramatique est le même (qui a en partie été « inventé » par la série avec Glenn Close dont j’ai oublié le titre). Il est très malin et finalement assez simple. Il fonctionne sur le principe de la machine à remonter le temps, mais en changeant autant de fois que tu veux le vécu des personnages dans le passé. Résultat des courses : tout ce qui se passe ensuite en est bouleversé. Et au bout d’assez peu de temps le spectateur (peut-être aussi le scénariste) devient incapable d’établir une « vérité » stable. C’est flagrant dans Westworld, et aussi dans… Lire la suite »

nic
nic
29 Nov 2019 5:18
Reply to  leocat

Ben non, Watchmen ne fonctionne pas selon ce principe de renversement de perspective (cf surtout le 6e sens), affirmant au contraire un point de vue qui révèle les faux-semblants (symbolisés par le jeu des masques), tels ceux à partir desquels s’énonce l’idéal étatsunien.

leocat
leocat
29 Nov 2019 7:54
Reply to  nic

Ah bon ? Rendez-vous (enfin sans moi) dans les prochains épisodes. Quant à l’idéal états-unien, j’aimerai bien savoir comment tu le définis. J’en suis parfaitement incapable.

nic
nic
30 Nov 2019 5:45
Reply to  leocat

Tout le monde sur la même ligne de départ et que le meilleur gagne.

Jeof
Jeof
26 Nov 2019 12:15

Watchmen 106: Bam. Une claque. Une bonne claque, et qui se regarde d’un trait et d’un souffle. La maestria de la mise en scène au service de la narration. La forme qui embrasse le fond. Et d’une manière si intelligente, si belle que c’en est un cadeau. @ Thierry et Stéphane: Je ne comprends pas pourquoi vous faites presque la fine bouche. Cet épisode se paie le luxe de revenir aux origines de la BD, de la série, d’une mythologie populaire riche de plusieurs décennies, lie l’Histoire d’une nation tout en offrant un hommage élégant au film noir, déploie une… Lire la suite »

leocat
leocat
27 Nov 2019 11:23
Reply to  Thierry

Ne te fatigue pas inutilement Thierry, tu n’auras jamais raison sauf à passer des heures à revoir ce jyfoutou pour démontrer que cette série, comme Westworld (que j’ai laissé tomber pour les mêmes raisons) fonctionne sur le principe d’accumulations d’images aussi choc que creuses, sans autre raison d’être que d’épater la galerie (et de ce point de vue celles-ci reposent sur des effets simplistes de bonneteau : on voit X qui est Y qui en fait est Z qui…etc). Effectivement le fond s’accorde à la forme et « lycée de versailles », à l’infini. Et d’épisode en épisode, ce qui précéde est… Lire la suite »

nic
nic
28 Nov 2019 8:17
Reply to  Thierry

L’espacement entre les épisodes ne facilite pas la chose, tu reprendras (sous la pression :)) quand on les aura tous

nic
nic
28 Nov 2019 8:14
Reply to  leocat

Oui Westworld ça a vite tourné nimportnawak

nic
nic
28 Nov 2019 8:13
Reply to  Thierry

Ouh là ! pas fait d’études, moi !

nic
nic
26 Nov 2019 12:42

Phénoménal sixième épisode qui recoud les films avec le premier (le massacre de Tulsa), mais aussi avec les différentes temporalités qui sont la marque de fabrique de la bd (Watchmen, Minutemen). Le scénario est génial et la réalisation éblouissante. Cerise sur le gâteau, le retour à la fin de l’épisode (non ça ne spoile pas) de Lady Trieu (la « Jeanne d’Arc » vietnamienne) qui me laisse espérer un règlement de comptes avec Dr Manhattan. @Jeof. Je n’ai pas la même lecture que toi du personnage du bon Docteur (dans la bd en tout cas). Non, il ne désespère pas de l’humanité,… Lire la suite »

Jeof
Jeof
26 Nov 2019 11:59
Reply to  nic

Il se met en retrait ai-je dit 😉 Je te rejoins en fait, et bien vu la remarque sur le conflit du Vietnam ^^

Jeof
Jeof
21 Nov 2019 5:44

@Cashinaut: Seuls les passages avec Dr Manhattan m’ennuient franchement. Je précise que je n’ai pas lu le comics et que je ne connais donc pas l’évolution de son personnage. C’est un personnage très intéressant, doué d’à peu près toutes les aptitudes possibles et inimaginables, mais qui, dans la BD, se met progressivement en retrait de l’Humanité car il sait/sent que malgré tous les prodiges qu’il est capable de réaliser, il ne pourra rien faire tant que l’Homme ne prendra pas soin de son prochain. C’est d’ailleurs tout l’attrait de la BD: que peut faire un héros, ou un super-héros, si… Lire la suite »

nic
nic
22 Nov 2019 5:49
Reply to  Jeof

Oui oui, mais officiellement il est sur mars, où on peut le joindre par téléphone 🙂

Cashinaut
Cashinaut
20 Nov 2019 10:33

J’aime beaucoup la série pour le moment. Elle joue bien de l’équilibre entre grandiloquence et intime.
Seuls les passages avec Dr Manhattan m’ennuient franchement.
Je précise que je n’ai pas lu le comics et que je ne connais donc pas l’évolution de son personnage.

nic
nic
21 Nov 2019 4:25
Reply to  Cashinaut

Pour l’instant, on n’a pas vu le Dr Manhattan, il boude sur Mars. Peut-être s’agit-il alors des passages avec Adrian Veidt alias Ozymandias (Jeremy Irons) ?

Cashinaut
Cashinaut
21 Nov 2019 7:13
Reply to  nic

Oui, excusez-moi, je pensais qu’il s’agissait d’une seule et même personne sous deux incarnations différentes.
Adrain Veidt m’ennuie donc profondément 🙁
Et cela confirme que la série est un peu difficile à suivre.
Merci à vous et à Jeof pour toutes les précisions.

Jeof
Jeof
22 Nov 2019 10:11
Reply to  Cashinaut

Sans problème 🙂 !

Je trouve au contraire que les scènes avec Veidt apporte beaucoup d’excentricité et un ton farfelu qui tranche avec le reste. Comme quoi ^^

denis
denis
24 Nov 2019 10:43
Reply to  Jeof

moi aussi elles me plaisent bien ces scènes, tellement spéciales.
C’est quand même super brillant….. on peut ne pas y adhérer, ça ne se discute pas, mais il a au moins une, deux ou trois séquences par épisodes qui sont des morceaux de bravoure. Ca ne fait pas une série ? Peut-être.
D’après les journalistes qui ont vu les 6 épisodes, le 6ème est aussi marquant. Et soyons fous, s’ils n’ont donné que les 6 premiers aux journalistes, c’est que cela devient plus clair ou plus fou ensuite.

denis
denis
25 Nov 2019 11:09
Reply to  Thierry

moi pas 😉 Alors oui, je ne pourrais contredire que c’est un peu « prétentieux » tout ça, sûr de sa valeur, mise en scène voyante (mais brillante). Ca devrait me gonfler, mais ça continue de plutôt me fasciner. Je trouve ça quand même globalement gonflé, mais je comprends qu’on décroche ou n’aime pas. Ca me fait quand même ch…… de savoir que « Years and years » sera devant « Watchmen » aux bilans de fin d’année…… je le cite car il a eu de bonnes critiques, très exagérées pour moi, même si ce n’est pas sans intérêt. Quelque part, je trouve cela encore plus… Lire la suite »

Stéphane
Stéphane
25 Nov 2019 11:42
Reply to  denis

J’achève à l’instant ce 106.
C’est clinquant et agaçant, dans le sens où Lindelof et consorts nous mènent volontairement sur des chemins de traverses. On y comprend pas grand chose, ils le savent et s’en amusent.
Ce n’est pas forcément faire preuve de talent.
Je commence aussi très sérieusement à ne plus prendre de plaisir à ce qui ressemble de plus en plus à une certaine forme d’onanisme. Le mélange des trois temporalités m’a perdu, et je sens gros comme une maison qu’on va finir par nous expliquer que le délire est dû

Onglet
au traitement médical suivi par Angela Abat.
.
On verra bien si la curiosité l’emportera la semaine prochaine 🙂

nic
nic
26 Nov 2019 12:44
Reply to  Stéphane

Jusqu’à présent le scénario progresse au cordeau, rien de gratuit, tout fait sens même si le puzzle est compliqué.

denis
denis
26 Nov 2019 1:18
Reply to  Thierry

il lui fait le signe du Cyclope, non, pas du « bullet in the head » ?
On voit que ceux qui adorent sont surtout ceux qui connaissent la BD, il me semble.
Après, c’est quand même brillamment fait, du vrai cinéma, un peu « m’as-tu-vu » plus que « prétentieux », mais mieux vaut ça qu’un truc terne.
Je ne comprends pas tout mais ne suis pas perdu.

Onglet
Je ne connais pas les Minutemen, donc je ne pige pas tout. L’histoire homosexuelle, c’est rajouté, ou pas ? Si c’est le cas, ce n’était eut-être pas nécessaire, un peu le cachet « on est HBO, on ose tout ». Mais c’est aussi fait de façon politique sans doute, dans l’optique, allons à fond dans la provoc’ qui choquera les extrémistes de tout poil.

nic
nic
26 Nov 2019 6:34
Reply to  denis

Les Minutemen c’est l’équipe avant les Watchmen, en flash-backs un méta-récit dans la BD. L’homosexualité – ou en tout cas une sexualité « non conventionnelle » y est suggérée. Surtout, c’est le seul des super-héros dont l’identité reste inconnue. Il refuse de témoigner lors du McCarthysme. Etait-ce « un rouge » ? L’hercule de foire dont on retrouve le corps à la même époque ? (questions posées par Hollis Mason dans son fameux ouvrage Sous le masque). En faire un noir qui se masque de blanc, très bonne idée de Lindelof. On notera que c’est le geste inverse de sa petite fille (Angela « Night »)… Lire la suite »

Jeof
Jeof
19 Nov 2019 10:27

L’épisode 5 est un petit bijou. Peut-être, secrètement, celui que j’attendais le plus de la part de Lindelof. C’est brillant, passionnant, effrayant et sa fin, incroyable.

Jeof
Jeof
20 Nov 2019 10:53
Reply to  Thierry

Je vois ce que tu veux dire. Et je te rejoins quelque part. Sans doute parce que, pour l’instant, probablement en ce qui me concerne, il n’y a guère d’investissement émotionnel dans les personnages.

Ceci dit, peut-être parce que justement c’est le premier épisode qui se focalise sur un protagoniste spécifique, qui plus est plutôt en retrait, je me suis davantage senti immergé.

denis
denis
12 Nov 2019 11:04

Episode 4 : toujours aussi perché. Je pense que cette série peut être par moments ridicule, et d’autres sublime ….. et plus fort encore, les deux à la fois 😉 Les scènes avec Jeremy Irons sont particulièrement….. spéciales. Selon les journalistes qui ont vu les 6 premiers épisodes, il y aurait quelques éclaircissements à l’épisode 5 ou 6 (relatifs, je suppose). Bah, je réitère ma remarque : qu’on aime ou pas, ce n’est pas du tout venant. Si on me dit que c’est kitsch et pompeux, je ne nierai pas. Si on me dit que c’est vertigineux et malin, non… Lire la suite »

Jeof
Jeof
8 Nov 2019 6:04

Pas encore vu le 1.03 mais, tout de même, je reste assez admiratif sur ce que propose Lindelof et sa tribu qui tisse, tout de même, une sacrée pelote fascinante et aguichante. On retrouve, mine de rien, ces liaisons/transitions/superpositions avec la BD originale (et Moore de surcroît) se construisait adroitement. Je serais curieux, toutefois, de connaître les avis des personnes qui n’ont pas lu la BD: je pense que cela doit leur paraitre assez incompréhensible.

Après, entre nous, Watchmen (le comics et la série) ne sont pas des histoires de super-héros, à l’instar des productions cinématographiques Marvel ou des récits de Spider-Man, Superman, Batman et cie. Le comics est une subversion incroyable, doublée d’une réflexion plutôt glaçante sur le pouvoir et l’avenir de l’Humanité. Il n’y a pas de combat entre le Bien et le Mal ou d’utilisations de super-pouvoirs pour combattre un vilain méchant (enfin, si, mais pas vraiment, et je ne peux pas en révéler davantage sans spoiler ce qui fait le croustillant du twist de la conclusion). Les Watchmen sont quasiment tous soit des fous dangereux, des pleutres, des frustrés ou néfastes au sens sanitaires du terme (Dr Manhattan). La série, d’ailleurs, ne cache pas cette dimension fascisante et c’est tant mieux…

@Julien: Je trouve également que l’engouement autour de The Leftovers fut un poil exagéré, surtout lors de sa troisième saison. Et je n’ai pas trouvé son final si incroyablement beau que cela. Réussi certes (quoique, j’aurais à redire sur certains trucs) mais pas de là à tomber en pâmoison devant. Toutefois, comme tu le dis, sa saison 2 figure parmi les saisons les plus marquantes qu’il m’ait été donner de voir. De manière générale, je trouve que Lindelof a réussi malgré tout une œuvre à la fois mystérieuse, dérangeante, imparfaite sur l’existence et son éphémérité. Et, ce, d’une manière bien plus émouvante à mes yeux que Six Feet Under. Culte non, mais devant laquelle j’ai été chamboulé et stimulé oui ^^.

@Julien, Thierry et denis: Lost est, pour le coup selon moi, l’une des plus grandes séries de ces quinze dernières années. Et, même si je concède volontiers que la saison 6 est la moins réussie (conjointement avec la S2), elle reste extraordinaire. Extraordinaire de renversements, de profondeur, d’aventures et de réflexions. Je l’ai revue au moins trois fois et, quand bien même je savais ce qu’il allait se passer, j’ai toujours été accroché. Le timing avec lequel le récit est construit, les personnages, la synchronicité qui se mêle au fantastique, à moins que ce ne soit l’inverse… A sa diffusion, il fallait attendre une semaine, laissant le spectateur tout le loisir de réfléchir à ce qui allait se passer. C’est l’une des séries dans laquelle je me suis le plus immergé.

Je ne spoilerais pas mais je réfute l’explication où la plupart des gens, défenseurs et pourfendeurs réunis, pensent que

Onglet
tout le monde est mort et patiente au Purgatoire. Pour moi, et le final de Lost est celui que j’ai revu le plus de fois avec celui des Soprano, est une concrétisation de l’adage qui veut que lorsque l’on meurt, on revoit sa vie défiler. Ce que voit Jack au moment de mourir, c’est ce qu’il projette. Pour ses amis et lui. Pour moi, cette fin est un tour de force. On vit ensemble, on meurt seul.
. De fait, son final m’a bouleversé ^^

Julien
Julien
11 Nov 2019 10:40
Reply to  Jeof

@Jeof : je pense que Lost et The Leftovers sont indissociables. L’une s’intéresse aux disparus, l’autre à ceux qui restent. Les sujets traités sont très similaires, et Lindelof semble vraiment obsédé par le thème de la paternité.
J’ai beaucoup aimé le final de The Leftovers, et je garde le souvenir

Onglet
d’une conversation mémorable entre deux personnages attablés
. Malgré tout, je continue à penser que Lindelof jouissait d’une trop grande liberté créative, et que les critiques de la saison 2 lui sont montées à la tête. Il y a trop de délires « n’importe nawak » dans cette saison
Onglet
(ex : les épisodes sur le bateau et dans le désert australien)
, et pour moi, elle ne sera jamais au niveau de la 2.
Si tu ne l’avais pas lu à l’époque, Vulture avait publié un article phénoménal sur les coulisses de la série après la diffusion du final :
https://www.vulture.com/2017/06/leftovers-finale-behind-the-scenes-exclusive.html

Pour ce qui est de Lost, c’est la série dans laquelle je me suis le plus investi, et lors des 2 dernières saisons, je prenais un plaisir fou à aller voir les théories de Pierre Serisier et les conversations qui s’ensuivaient sur son blog. Je ne sais pas si je la reverrai une troisième fois, car elle est quand même très marquée années 2000, et je ne sais pas si je pourrais à nouveau apprécier une série de network avec ses coupures publicitaires toutes les 7-8 minutes et ses cliffhangers artificiels à chaque fin d’épisode. Parfois (souvent), et je ne parle pas là que des séries, il vaut mieux rester avec ses bons souvenirs… Outre ses personnages, ce que je retiens surtout de Lost, c’est sa bande son : quand on y repense, c’est complètement dingue que Michael Giacchino ait créé et arrangé tant de thèmes pendant 6 saisons.
Lors de mon deuxième visionnage en binge watching, j’avais adoré la saison 2, alors qu’en 2005-2006, elle m’avait terriblement frustré (trop de nouveaux personnages).
Ton interprétation du dernier épisode est très intéressante. Je ne me souviens plus des détails exacts, et je ne pourrai donc pas rentrer dans une conversation poussée à ce sujet, mais je pense que le final a été incompris, et que beaucoup de gens se plantent complètement quand ils disent

Onglet
 »bah ils étaient morts depuis le début et l’île est le purgatoire ! ».

Au fait, pour ceux qui ne connaissent pas la fin de Lost, ne regardez jamais le film This is 40, qui la spoile éhontément !

Jeof
Jeof
12 Nov 2019 3:36
Reply to  Julien

@Julien: Tu as tout à fait raison sur la complémentarité des deux séries, je m’étais fait la même remarque lors de la première saison de The Leftovers. Et oui j’avais vu passer, et lu, l’article de Vulture dont tu poses le lien ^^ J’ai plutôt l’impression que la paternité est un thème ultra récurrent dans la majorité des séries US (et, sûrement, de manière plus générale dans la fiction) qu’une véritable prédilection, ou fil rouge, de l’œuvre de Lindelof. Au regard de ce qu’il nous propose via Watchmen, Lindelof parle(rait) plus de la complexité à vivre en groupe et de… Lire la suite »

Julien
Julien
12 Nov 2019 3:50
Reply to  Jeof

Merci pour cette longue réponse argumentée 🙂 Dans un sens, je suis d’accord avec toi quand tu dis que c’est rassurant de savoir que les auteurs peuvent raconter ce qu’ils veulent, mais parfois, cete liberté est une bonne excuse pour ne pas avoir à proposer quelque de vraiment carré et réfléchi. Et perso, cette saison 3 de The Leftovers m’a frustré sur un plan narratif : j’ai eu l’impression que Lindelof avait un chèque en blanc, et qu’il pouvait faire à peu près tout ce qu’il voulait, et que s’il oubliait de raconter quelque chose d’intéressant, ce n’était au final… Lire la suite »

Jeof
Jeof
13 Nov 2019 12:11
Reply to  Julien

Sinon, non, le Lostomètre ne me dit rien !

C’est le petit billet que rédigeait Pierre Serisier justement, à la grande époque du Monde des Séries: cela faisait partie également de mon petit rituel post épisode ^^ Mais oui, quelle cohérence et quelle aventure !